image

Fortune III Grey skies and sunny dispositions

An exhibition with Ericka Beckman, Barry Doupé, Olivia Dunbar, Kasia Fudakowski, Samara Golden, Aukje Koks, Mark Leckey, Erkka Nissinen.

The will-o’-the-wisp is a brief glimmer of light, mostly appearing at night, that communicates a message to those who see it. What? Every faith and every folklore has its own interpretation of this momentary ghostly glow: To signal a treasure’s hiding place, to call attention to a lost soul, to mislead weary travelers… The will-o’-the-wisp is a subjectively interpreted apparition, yes, but more important to its character is its insistent resistance to darkness, and to night; that is where it finds all of its ardour and splendour.

In 1984, Turquoise Days recorded their hypnotically synth-heavy track, Grey Skies. Symptomatic of the minimal wave current that haunted the early 80’s, Grey Skies is stuffed with analogic melodies and cold, apathetic sounds; grey precedes black. From a sombre soundscape emerges the hopeful voice of Luchie Brambilla, cutting through like a stubborn glimmer, the lament of a sharp and expressive desperation. The life Brambilla’s voice blows into the track ruptures the artificiality of the music; light resists.

Still in England, but far from the music of the 1980s, a person of a cheerful nature is described as having a « sunny disposition »; William Arthur Ward liked to say: ‘’A cloudy day is no match for a sunny disposition’’, suggesting that – in a very British way – in the end, everything is a question of attitude.

Going back to Prometheus’, light that shines from within darkness contains a particular quality: it is charged with an autonomous vitality. The sacred fire of Mount Olympus wraps itself in the veil of night to carry new promises.

The artworks that compose « Grey skies and sunny dispositions’ appear much like these glimmers and their stories, radiating through darkness.

Fireworks.

Fortune III Grey skies and sunny dispositions

Une exposition avec : Ericka Beckman, Barry Doupé, Olivia Dunbar, Kasia Fudakowski, Samara Golden, Aukje Koks, Mark Leckey, Erkka Nissinen.

Le feu follet est une lueur erratique que l’on aperçoit principalement pendant la nuit. C’est une lumière qui apparaît un court instant pour communiquer quelque chose à ceux qui l’aperçoivent. Quoi ? Chaque croyance et chaque folklore a son idée là-dessus : trouver l’emplacement d’un trésor, porter de l’attention à une âme en peine, égarer des voyageurs… Chacun peut se faire sa propre interprétation du message que délivre cette manifestation lumineuse, mais ce que l’on peut retenir c’est sa volonté de résister à l’obscurité de la nuit. Le feu follet s’oppose aux ténèbres et les célèbrent au même instant ; c’est là qu’il trouve toute son ardeur et sa splendeur.

En 1984, Turquoise Days produit le morceau Grey Skies, chanson hypnotique aux sonorités artificielles. Symptôme du courant minimal wave qui hante le début des années 80, ce morceau pétri de mélodies analogiques dégage un son froid et mélancolique que l’on associe instantanément à un certain type d’obscurité le gris précède le noir. Et sur cette toile de fond en nuances sombres, la voix de Luchie Brambilla perce comme une lueur entêtée, complainte d’un désespoir vif et bavard. La vie qu’elle insuffle rompt avec l’artificialité de la musique ; la lumière résiste.

Toujours en Angleterre mais loin de la musique des années 80, on décrit une personne d’un naturel enjoué dans les termes de « tempérament solaire » (sunny disposition) et William Arthur Ward se plaisait à dire : “A cloudy day is no match for a sunny disposition”, laissant entendre dans un humour parfaitement anglais, qu’au final tout n’est qu’une histoire de point de vue… et d’attitude bien entendu.

Cependant, et cela depuis Prométhée, la lumière qui jaillit de l’obscurité contient une qualité toute particulière; elle est habitée d’une vitalité autonome qui, à la manière du feu sacré de l’Olympe, s’imprègne du voile sombre et permanant de la nuit pour porter de nouvelles promesses.

La présence des oeuvres qui composent Grey skies and sunny dispositions s’apparentent à ces lueurs et ces histoires qui embrasent l’obscurité.

Feux d’artifice

With the support of / Avec le soutien de

IMG_0950-0.PNG